Le bâtiment dans le rouge

Mickaël Bosredon

— 

Les résultats positifs de l'année 2 011 dans le secteur du bâtiment semblent définitivement enterrés. Portée par la construction et la rénovation, la hausse de l'activité en 2 011 s'établit à + 0,5 %. Mais la dernière enquête de la fédération aquitaine du bâtiment, réalisée au mois de décembre, fait déjà état d'une baisse de 0,9 %. Les chefs d'entreprises prévoient une chute de 3,5 % en 2 012.

Un appel aux banques
Ces signes négatifs seraient la conséquence directe des mesures de restriction annoncées fin 2011, concernant l'arrêt des mesures Scellier et PTZ+ ainsi que la hausse de la taxe sur les plus-values immobilières.
« Cela aura un effet sur l'emploi », annonce le président de la Fédération Aquitaine Jean-Paul Goubie. Il table sur une perte de « 4 000 emplois », sur les 40 000 que compte le secteur. Le président de la fédération implore néanmoins les entreprises à « tout faire pour sauvegarder l'emploi et la formation, la main-d'œuvre étant la base de la production dans le bâtiment. » Pour cela il conseille aux entrepreneurs de « baisser la voilure dès maintenant, et ne pas chercher à réaliser des chiffres d'affaires trop ambitieux en 2 012. »
Jean-Paul Goubie appelle surtout les banques à « ne pas quitter le navire. » Il serait « dramatique » qu'elles se « désengagent des entreprises alors qu'elles ont été secourues par la patrie. » Le président de la fédération a noté avec satisfaction les projets d'investissement ambitieux de la ville de Bordeaux et de la Communauté urbaine. « Mais l'Aquitaine ce n'est pas que l'agglo de Bordeaux. En Dordogne, dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques il n'y a quasiment pas de programme engagé. » Jean-Paul Goubie prévoit un retour à la normale en 2013, et un redémarrage en 2 015.

Commandes

Les carnets de commande des entreprises du bâtiment portaient en moyenne à 5 mois en juin 2011. L'enquête de décembre montre une perte de sèche de 6 mois, puisqu'ils ne prévoient plus d'activité que pour 4,4 mois.