Une pincée d'éthique dans son panier

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

« L'expression “commerce équitable” est sauvée », se réjouit Mathias, membre de l'association Agir pour le commerce équitable et solidaire en Aquitaine (Acesa). En effet, s'il y a quelques années les buveurs de café Max Havelaar passaient pour des babas-cool, aujourd'hui les produits équitables sont connus. Selon une étude de la Sofres, 46 % des sondés savent de quoi il s'agit et les deux tiers en ont déjà entendu parler. Et ceci grâce à la grande distribution qui joue désormais le jeu. « L'offre et la visibilité augmentent, reconnaît Bernard Cazals, de l'Acesa. Dans certains magasins, on trouve des rayons entiers. » Mais le consommateur reste hésitant puisque seuls 18 % des Français achètent régulièrement ce type de produits, soit 1, 50 e par habitant et par an. Mais la tendance est à la hausse. « De plus en plus de personnes veulent savoir comment le produit est fabriqué et d'où il vient », estime Mathias. « La situation du consommateur se dégrade, renchérit Annie Dupoy, d'Artisans du monde. On lui fait consommer n'importe quoi... »

Mais malgré les convictions, le tout équitable est impossible : difficile d'échapper aux grands groupes. « L'exigence du consommateur pourrait permettre de faire avancer les choses », conclut Bernard Cazals, optimiste.

Orianne Dupont