« Il n'y a jamais personne »

Marie Morizot

— 

1,2 milliard d'euros d'investissement ont été nécessaires pour ces 150 km d'autoroute.
1,2 milliard d'euros d'investissement ont été nécessaires pour ces 150 km d'autoroute. — s.ortola/20minutes

L'A 65, il la connaît. Ça fait même des années qu'il l'attendait. Hervé, Palois de 64 ans, l'emprunte une fois par semaine pour rendre visite à sa mère, résidant à Bordeaux. « C'est vrai qu'elle est un peu chère mais c'est le trajet le plus direct. Finie la parenthèse Orthez. En plus, il n'y a jamais personne sur cette autoroute. » C'est là que le bât blesse justement.
Alors qu'elle a été inaugurée il y a un an, seulement 5 600 véhicules en moyenne l'empruntent chaque jour, 1 600 de moins que ce qu'espérait la société A'liénor. Et les chiffres sont encore plus mauvais pour les poids lourds avec une fréquentation de 350 passages quotidiens. Les routiers trouvent la note trop salée. Elle s'élève à près de 30 euros (le prix varie en fonction des catégories) pour un Pau-Langon. 22,50 euros en moyenne pour les voitures. « C'est un problème d'habitude, indique le concessionnaire. Les locaux n'ont pas pris conscience qu'il y avait cette autoroute, les internationaux viennent, eux. C'est bien plus sécurisant que la départementale. »

« Un triste anniversaire »
Un an après donc les objectifs sont à la peine. L'A65 est-elle victime de sa mauvaise réputation, celle d'être l'autoroute « la plus chère de France », où la crise seule explique-t-elle ces résultats ? « Ce n'est pas vrai, tonne-t-on à A'liénor. D'autres sont plus chères. Et nous avons tout de même 10 000 clients par jour. » La conjoncture économique n'est pas bonne, donc. « C'est un triste anniversaire, déplore de son côté Stéphane Saubusse, président de EELV (Europe Ecologie-Les Verts) Gironde, qui avait milité contre le projet. « Nous avions raison. Cette autoroute est inutile. Il s'agit d'un dommage financier et écologique irréparable. Pourquoi ne pas avoir aménagé la voie existante ? Mais c'est devenu un cas d'école, nous nous servons de cet exemple pour nous opposer aux autres projets de la LGV ou du grand contournement. Et je parie que le bilan sera encore pire l'année prochaine. » Rendez-vous dans un an.