Le Planning familial veille sur les femmes

©2006 20 minutes

— 

Cinquante ans de lutte, pourtant l'ennemi n'est toujours pas vaincu... Si le Planning familial a vu le jour en 1956 pour contrôler les naissances, ses missions se sont multipliées depuis. Contraception et avortement sont toujours au coeur de ses priorités, mais aujourd'hui, « on reçoit plus de femmes victimes de violences », reconnaît Cécile Esterle, salariée de l'association bordelaise, créée en 1963. Par ailleurs, le Planning mise sur l'information : « La sexualité n'est pas intégrée dans le parcours des éducateurs sociaux, alors qu'ils vont forcément y être confrontés », ajoute-t-elle. Ainsi, les collégiennes désirant la pilule du lendemain vont s'adresser à une personne de confiance, le conseiller principal d'éducation notamment, plutôt qu'à une infirmière. Le Planning essaie aussi d'impliquer les hommes dans la formation.

Mais alors que les actions augmentent, les subventions – de l'Etat, en l'occurrence – ont tendance à décroître. « Depuis 2002, on a senti un changement, regrette Cécile Esterle. On ne fait pas moins de choses, mais il faut se débrouiller. »

O. D.

Infos : 05 56 44 00 04.