BORDEAUX - « Seulement 4 % de donneurs, ça incite à faire le pas »

— 

Amélie, 21 ans, et Hélène, 19 ans, ressortent des chapiteaux d'EFS : « Il y a trois quarts d'heure d'attente alors on va revenir demain. » Les deux jeunes filles veulent donner leur sang pour la première fois et c'est l'installation d'EFS sur le campus qui a été décisive : « C'est plus pratique, sinon on ne sait jamais où il faut se rendre », explique Amélie. Elle redoute quand même de « tomber dans les pommes » pour cette première fois. Marie-Lyne, 19 ans, est déjà rodée à cet exercice, c'est son deuxième don : « Quand on sait qu'il n'y a que 4 % des personnes qui donnent, ça incite à faire le pas », estime-t-elle. Elle a convaincu son amie Alice, 18 ans, de l'accompagner : « Je pense que je recommencerai, commente cette dernière, et que je le recommanderai à d'autres de le faire. »