La chirurgie de proximité dans le collimateur

©2006 20 minutes

— 

« Une politique de la santé à la petite semaine. » Le maire de Langon Charles Vérité (PS) ne décolère pas. L'hôpital de sa commune figure dans la liste des 113 établissements où, selon un rapport remis au ministre de la Santé cette semaine, le nombre d'actes chirurgicaux pratiqués chaque année serait insuffisant pour garantir la qualité des soins. Avec moins de 2000 actes par an, quatre hôpitaux girondins sont concernés : Langon (1772), Arcachon (1585), Blaye (1628) et Le Bouscat (130). « Après les maternités, les urgences puis les réanimations, c'est la mise à mort des hôpitaux de proximité qui se poursuit », s'insurge Corine Versini pour la CGT santé. Face aux réactions dénonçant une gestion purement comptable de l'offre de soins, l'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH) se veut rassurante. « Le seuil des 2000 actes n'est pas un couperet, mais un indicateur qui incite à la vigilance, précise Philippe Fort, chargé de mission à l'ARH. D'ailleurs, aucun de ces services n'est aujourd'hui menacé », assure-t-il.

S. L.