BORDEAUX - Les marchands de cycles bordelais encore compétitifs

— 

Le métier des cycles et motocycles est en 2010 celui qui a connu la dégradation la plus importante de son chiffre d'affaires au sein des TPE (-9,36 %). Une tendance qui n'a pas été remarquée à Bordeaux malgré l'arrivée du VCub en février 2010. « Au contraire, estime Emmanuel Goerlinger, gérant d'Esprit Cycles. Les gens passent par le VCub pour essayer avant d'acheter un vélo. »
André Pardon, propriétaire de la boutique Cyvea,qui voit désormais en Bordeaux,« une vraie ville de vélo », remarque une autre tendance. « On vend moins de vélos ordinaires, c'est vrai. Mais on tend vers de nouveaux types de vélo, car il devient un véritable véhicule. On va donc vendre des pliables, des Hollandais, des électriques ou des triporteurs. »m. n.