La PME Péna a «de plus en plus de clients... et de concurrents»

©2006 20 minutes

— 

Rien ne se perd, tout se transforme. Péna Environnement, PME de traitement des déchets située à Saint-Jean-d'Illac, peut reprendre à son compte cette citation tronquée du chimiste Lavoisier. « On recycle au maximum pour ne pas mettre en décharge, explique Chantal Marquet, directrice commerciale. Aujourd'hui, 15 % des déchets que nous récupérons vont à la décharge, mais nous visons 1 %. »

Depuis 1990, la société a développé trois activités tournées vers l'environnement, grâce à l'intervention du botaniste et frère du fondateur de la société, Marc Péna. Il a développé la collecte et la préparation pour les sites d'élimination des déchets dangereux (solvants, piles), la transformation des déchets non dangereux (gravats, ferrailles) en combustible de substitution pour les chaudières à pétrole et la fabrication de compost à partir des déchets verts et des boues.

Et pour renforcer son éco- activité, Péna incite depuis trois ans les petits artisans, via un partenariat avec la CUB et les syndicats professionnels, à apporter leurs déchets qui, en général, finissaient dans les égouts. « On les a motivés grâce à des subventions versées par l'agence de l'eau Adour-Garonne », indique Chantal Maquet. Quelque 130 garagistes sur les 1 200 du département et 100 imprimeurs sur les 600 ont adhéré. « Cette campagne a permis de diminuer la pollution dans les stations d'épuration de la CUB », poursuit la directrice. Aujourd'hui, pour répondre à la demande des collectivités et des entreprises, Péna s'agrandit. « Depuis cinq ans, nous avons acquis une notoriété. Nous avons de plus en plus de clients... Et de plus en plus de concurrents », précise Chantal Marquet.

Une nouvelle idée germe déjà dans la tête de Marc Péna : utiliser le compost pour cultiver du colza et fabriquer du biocarburant. A suivre.

O. D.