L'aéroport de Bordeaux condamné à la transparence

— 

Le comité d'entreprise de l'aéroport avait bien le droit de faire appel à un expert-comptable indépendant. C'est ce qu'ont estimé les juges du tribunal de grande instance lundi en déboutant la direction. Cette dernière n'a pas souhaité faire de commentaires.

« On n'a jamais eu de bilan social »
« Nous sommes très satisfaits », a réagi hier le secrétaire du CE, Jean-François Leymergie, impatient d'en savoir un peu plus sur la situation sociale et économique de l'entreprise. « Depuis la création du CE en 2008, on n'a jamais eu de bilan social », cite-il en exemple.
A l'origine de la discorde : la décision du CE, en juin dernier, de désigner un expert-comptable indépendant. La direction de l'aéroport saisit alors la justice, pointant plusieurs irrégularités, notamment le coût « exorbitant » de l'expertise et le « non-respect des procédures concernant les appels d'offres ». Or, les comités d'entreprise échappent à cette règle, même au sein d'une société à capitaux publics. « Nous avions demandé à plusieurs reprises à avoir accès au bilan social ou aux résultats du nouveau terminal low-cost Billi, entré en service il y a un an. La direction nous avait promis de nous les communiquer, mais cela a toujours été reporté », explique le secrétaire du CE. L'aéroport emploie environ 200 salariés et 300 sous-traitants.M. G.

Jugement

La société aéroport de Bordeaux-Mérignac (SA ABDM) a été condamnée à indemniser le comité d'entreprise à hauteur de 2 500 €. Elle devra également verser au cabinet d'expert-comptable désigné par le CE des frais d'expertise chiffrés à 24 610 €, ainsi que 2 000 € d'indemnités.