L'illetrisme, un mal toujours d'actualité

©2006 20 minutes

— 

Faire ses courses, ou aider ses enfants à faire leurs devoirs est une source d'angoisse pour les 19 % d'Aquitains de 18 à 65 ans qui ont des difficultés à lire, écrire des textes simples ou faire des calculs. C'est l'une des conclusions de l'enquête publiée mardi par l'Insee. Elle révèle que les femmes et les personnes âgées sont les plus touchées par l'illettrisme. En effet, 13 % des femmes, contre 12 % des hommes, n'ont pas réussi les exercices demandés ainsi que 19 % des retraités . Un résultat qui s'explique par « une perte des compétences au fil de l'âge et à un niveau d'études moins élevé », selon Yvette Willm, chargée de l'étude.

Mais ces personnes ne sont pas forcément marginalisées. La moitié des illettrés ayant participé à l'étude travaillent. « Ils ont des stratagèmes, note Nadine Lesparre adjointe à la direction chargée de la formation à l'organisme Cos Formation. Ils reconnaissent les factures grâce aux logos, paient tout par virement automatique ou se font lire les prix au supermarché en prétextant qu'ils ont oublié leurs lunettes. Pour les démarches plus compliquées, ils se font aider par une personne dans la confidence. » Peu osent avouer leur illettrisme et ceux qui se forment le font « quand ils n'ont plus le choix, pour passer un examen ou évoluer dans leur emploi... », ajoute Nadine Lesparre.

Orianne Dupont

Rens au 0 820 33 34 35 ou sur www.clap-so.org

12 % des Aquitains qui ont fait leur scolarité en France ont de graves difficultés pour lire. 2 millions d'adultes sont illettrés en France. 51 % des illettrés d'Aquitaine sont des femmes contre 41% au niveau national. 14 % des actifs aquitains ont des difficultés à comprendre un texte. 580 000 euros sont octroyés chaque année aux organismes de formation par la Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation.