BORDEAUX - « Pas contre le principe, mais il faut les moyens »

— 

La création de la police d'agglomération ne s'est pas faite sans remous. En contrepartie de ces nouveaux effectifs (la division des Hauts de Garonne a gagné 34 fonctionnaires), le commissariat de Libourne a dû fermer ses portes pour laisser place à la gendarmerie, sur décision préfectorale. « Cette fermeture a été subie et mal vécue », rappelle Aymed Korbosli, responsable régional du syndicat Unité SGP Police, majoritaire en Aquitaine. « Mais 99 % des 66 fonctionnaires qui ont quitté Libourne ont obtenu gain de cause pour leur reclassement », ajoute-t-il. La vigilance reste néanmoins de mise sur les moyens affectés aux nouvelles polices d'agglomération : « Il faudra voir, notamment, si le nombre de véhicules est suffisant », souligne le représentant syndical.M. G.