«C'est sûr, un gay qui s'afficherait dans le surf se ferait jeter direct »

— 

« Dans le milieu du surf, il n'y a que mon meilleur ami qui sait que je suis homosexuel », révèle Benoît, qui pratique le surf en amateur depuis deux ans. Je fais aussi de l'équitation mais dans mon club ça se sait et ça ne pose pas de problème », précise le jeune homme. C'est avec surprise qu'Anthony Mette, qui a mené une enquête en Aquitaine sur l'homophobie dans le sport, a découvert que le surf pouvait être un milieu assez peu tolérant : « l'accentuation du côté esthète y est peut-être pour quelque chose », avance t-il. Benoît estime que « c'est un milieu assez macho » et qu'il a eu droit « à quelques remarques, mais pas très méchantes ». Pour autant, il n'hésite pas à dire que dans ce microscosme « c'est sûr, un gay qui s'afficherait, se ferait jeter direct ».

Un coach de surf, qui veut rester anonyme, estime pour sa part que « les jeunes surfeurs, surtout en Aquitaine, sont souvent mal accompagnés et se prennent pour les rois du monde. » Mais il précise qu'à un certain niveau, les sponsors sont là pour les remettre en place.E. P.