l'homophobie dans le sport aquitain

elsa provenzano

— 

Un  climat d'homophobie dans le sport pourrait expliquer que peu d'athlètes osent se déclarer gays .
Un climat d'homophobie dans le sport pourrait expliquer que peu d'athlètes osent se déclarer gays . — s.ortola / 20 minutes

Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités, qualifiait, hier, le nouveau ministre des sports David Douillet de « sexiste et homophobe » en citant ces propos : « On dit que je suis misogyne, mais les hommes le sont tous, sauf les tapettes. » De quoi alimenter la polémique aussi en Aquitaine où un rapport d'Anthony Mette, psychologue du sport vient de paraître : « 50,6 % de sportifs hommes ont des attitudes ambiguës ou négatives envers les gays » peut-on y lire. L'enquête pour la direction régionale des sports, qui s'appuie sur les réponses de 922 sportifs, est la première à être rendue publique en France. Il ressort de l'étude que les sportifs pratiquant une discipline dite masculine (boxe, basket, judo, karaté, foot, rugby ou surf par exemple sont les plus négatifs envers les homosexuels. Anthony Mette reconnaît qu'il ne pensait pas que « les résultats seraient aussi caricaturaux ».

« On n'est pas des pédés »
Vincent Etcheto, l'entraîneur des arrières de l'Union Bordeaux Bègles estime que le langage des sportifs peut choquer, par exemple, on peut entendre sur le terrain : « on ne va pas perdre, on n'est pas des pédés ». Mais il faut comprendre, selon lui, que c'est « une façon de parler ». Il note aussi que la nouvelle génération se montre plus tolérante. Un coach sportif qui souhaite rester anonyme, estime lui que l'homophobie « existe dans tous les sports ». Les conclusions du psychologue du sport sont bien différentes puisque selon lui « les caractéristiques masculines (agressivité, force...) exigées dans certains sports pourraient créer un contexte favorisant l'homophobie. » L'enquête montre aussi que les sportifs compétitifs, par opposition aux amateurs, sont plus homophobes. Une formation destinée aux entraîneurs va être créée, « afin de leur apprendre à réguler les comportements sexuels des jeunes joueurs », précise Anthony Mette.

mobilisation contre les discriminations

Une semaine après l'agression homophobe d'un couple de garçons autour du Miroir d'Eau à Bordeaux, l'association le Girofard, Centre Lesbian Gay Bi Trans Bordeaux Aquitaine, organise une manifestation de solidarité aujourd'hui à 18h30 au miroir d'eau, face à la place de la Bourse.