« Longueur d'ondes » monte le son

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Longueur d'ondes, bimestriel girondin gratuit dédié à la musique francophone, vient de sortir un numéro spécial consacré à la nouvelle vague québécoise.

Distribué à 100 000 exemplaires dans toute la France, au Québec et en Belgique, ce numéro est le symbole de la montée en puissance d'un fanzine créé il y a 24 ans dans les faubourgs de Villenave-d'Ornon. « On a commencé l'aventure avec quelques feuilles photocopiées, distribuées à la fin des concerts bordelais par un groupe d'amis passionnés de musique », se souvient Serge Beyer, fer de lance et directeur actuel de Longueur d'ondes. « Aujourd'hui, la revue dépasse les soixante pages et rassemble une trentaine de collaborateurs à Bordeaux, Paris et Montréal. Depuis un an et demi, on s'est constitué en société d'édition et on envisage de passer à une parution mensuelle », poursuit Serge Beyer.

Disponible dans les festivals, bars rock, salles de concerts, studios d'enregistrement, médiathèques... Longueur d'ondes fait désormais référence, auprès du grand public comme des professionnels. « Au début des années 1980, on était les seuls à écrire sur Thiéfaine ou William Sheller. Noir désir a eu son premier article chez nous. » Mais, pour Serge Beyer, ce succès cache pourtant une pointe d'amertume : « Je regrette l'indifférence du milieu rock bordelais qui nous a snobés ainsi que l'ignorance des collectivités locales qui ne nous ont jamais soutenus au cours de toutes ces années. »

Marianne Peyri

LO est distribué dans une vingtaine de lieux : Crous, Utopia, Rock School Barbey, Son'art, l'Inca, OARA/Molière, La mauvaise réputation...