la mairie défend sa politique des cantines

marc nouaux

— 

L'adjointe au maire, Brigitte Collet.
L'adjointe au maire, Brigitte Collet. — S. Ortola / 20 minutes

La polémique concernant le manque de places pour les enfants dans les cantines bordelaises continue de gonfler. Dans ce contexte, Brigitte Collet, l'adjointe au maire en charge de l'enfance et de la famille, a souhaité réagir et démontrer que la ville œuvrait dans le bon sens. « Il n'y a plus que 69 dossiers pas du tout satisfaits sur les 13 600 élèves inscrits dans la restauration scolaire, ce qui représente 0,5 % », avance-t-elle.

« Des limites techniques »
« Ce sont 69 dossiers de trop, réagit Jean-François Darracq, président de la FCPE Gironde, réitèrant ses menaces de poursuite en justice. Si à la fin septembre, tous les enfants ne peuvent pas avoir accès à la cantine quand ils le veulent, nous irons au tribunal. Pour nous, cela doit être tolérance zéro. »
Or il paraît improbable que tous les dossiers soient satisfaits dans une dizaine de jours. « Nous sommes confrontés à des limites techniques, déplore Brigitte Collet. Il n'y a tout simplement pas assez de places pour l'instant pour accueillir tous les enfants tous les jours.»
La mairie cherche donc des solutions temporaires, comme la création d'un troisième service ou le mélange de grandes sections avec des élèves d'élémentaires en attendant de disposer de places supplémentaires.
« En 2014, l'objectif mandataire initial qui était de 100 % de satisfaits sera atteint », prédit l'adjointe au maire. « Ce sera trop tard, répond le président de la FCPE. Le problème aurait dû être résolu avant. »

600 enfants de plus

Cette année, la ville de Bordeaux a enregistré 600 dossiers de plus que l'an passé pour un accès à la restauration scolaire. Ainsi, 13 600 élèves bordelais sont inscrits sur les 15 300 au total. Les cantines scolaires préparent 13 500 repas par jour.