Le CPE mobilise et divise toujours les étudiants

©2006 20 minutes

— 

Les anti-CPE poursuivent le mouvement et les anti-blocages durcissent le ton. Si une nouvelle manifestation est prévue demain, les étudiants n'ont pas manqué de se mobiliser dès ce week-end : défilé de nuit vendredi soir après l'allocution de Jacques Chirac confirmant la mise en place du CPE, occupation pacifique — et déguisée — de la Chambre régionale de commerce le lendemain et rencontre avec les visiteurs du festival l'Escale du livre, invités à s'exprimer sur le CPE. Du côté des universités, les blocages ont été reconduits.

Les opposants commencent à se lasser. « Après deux semaines de blocage, les cours ne sont plus rattrapables », regrette Alexandre, du collectif contre le blocage de Bordeaux-i. Malgré le maigre succès de leur manifestation de lundi dernier, les anti-blocages vont organiser un sit-in ce midi devant le bâtiment de l'administration de la fac Bordeaux-i. Ils seront couverts de faux sang pour illustrer « le sacrifice » des étudiants qui veulent suivre les cours. « Les concours nationaux ne seront pas repoussés. On va avoir beaucoup de lacunes », s'inquiète Alexandre. « Quelques étudiants sont préoccupés par les cours, comme nous, mais les plus actifs sont instrumentalisés par des groupes politiques de droite », nuance Mathias, membre du comité de mobilisation. Les collectifs anti-blocage de Bordeaux-i et iii envisagent un recours en justice. Comme à Grenoble, où le tribunal administratif a exigé la levée du blocage sous peine d'une astreinte de cinquante euros par jour.

Orianne Dupont

Face au blocage de la faculté, la direction de Bordeaux-I a évoqué l'idée de repousser les examens finaux au mois de septembre. Cette décision n'a pas encore été validée.