Des élèves toujours serrés en classe

elsa provenzano

— 

Parents d'élèves et profs ont manifesté pour obtenir plus de classes.
Parents d'élèves et profs ont manifesté pour obtenir plus de classes. — s.ortola/20 minutes

Dix-sept classes ont été ouvertes et trois fermées, hier soir, par l'inspection d'académie de Bordeaux qui a étudié 30 dossiers. C'est le bilan de la carte scolaire définitive, qui répartit les effectifs en fonction des besoins. « Par une mesure exceptionnelle, j'ai fermé 5 postes spécialisés, vacants et qui ne sont pas devant élèves, afin d'ouvrir 17 classes au lieu de 13 », explique André Mercier, inspecteur de l'académie.

Un problème de seuil
Plus de classe à 44 à Martillac en

ironde ou de 36 à l'école Yser à Bordeaux, celles-là ont obtenu une ouverture de classe. Mais, de nombreuses écoles qui frisent les seuils, et dénoncent des conditions de travail difficiles. vont devoir continuer l'année scolaire avec de forts effectifs. L'inspecteur est clair sur ce point : « l'enveloppe n'est pas extensible ». Mais la FCPE, fédération des conseils des parents d'élèves, ne l'entend pas de cette oreille : « Ce sont nos enfants qui payent ! » tempête Jean-François Darracq, président départemental de la fédération. Des enfants fatigués et des professeurs qui ne parviennent pas à enseigner correctement, c'est le bilan qu'il dresse de la situation. Professeurs et parents d'élèves s'accordent à dire que 25 par classe serait une bonne moyenne, a fortiori en maternelle. « Le seuil pour une ouverture de classe en maternelle est de 32 en moyenne dans l'école or, il peut y avoir une classe à 35 et une moyenne à 31,8 », pointe Philippe Mano, secrétaire départemental Force ouvrière.

Les élèves en difficulté pénalisés
« Comme l'inspection n'a pas de marge de manœuvre, avec seulement 8 postes de réserve, elle rogne les postes spécialisés, indispensables pour les élèves en difficulté », s'indigne Agnès Dumand, co-secrétaire départementale du SNUipp-FSU, syndicat majoritaire du premier degré. A Martillac, même avec l'ouverture intervenue hier, les classes de maternelle, à double niveau, approchent la trentaine. Même constat à Biganos par exemple. Et comme le précise une mère d'élève, une trentaine d'élèves entre 2 et 5 ans « c'est une vraie basse cour ! »

des chiffres inquiétants

Dans l'académie de Bordeaux « il manque 300 enseignants, pour être au niveau de la moyenne nationale », s'accordent à dire les syndicats, SNUipp-FSU et FO, et la FCPE, fédération des conseils de parents d'élèves. L'inspection d'académie annonce qu'au moins 650 élèves supplémentaires ont été accueillis en Gironde pour cette rentrée 2 011.