L'accusé ne lâche rien

Marion Guillot

— 

Menton posé sur ses bras croisés, mâchoires serrées, l'accusé a fermement maintenu sa version des faits, hier, devant la cour d'assises de la Gironde. Franck Gaud, 38 ans, est jugé depuis une semaine pour les meurtres de Daniel Vignolles, retrouvé mort dans un bois à Arsac, le 24 septembre 2006, et de Philippe Delacourt, dont le corps avait été découvert le 27 mai 2008, à Bouliac, sous le pont François-Mitterrand. Tous deux étaient enfermés dans le coffre de leur voiture, avec une balle dans la tête.

Echangiste mais pas homosexuel
Confondu par des traces de sperme retrouvées sur le corps de Daniel Vignolles, Franck Gaud affirme avoir été embarqué dans un plan à trois, contre son gré, alors qu'il se promenait dans le bois de Bordeaux-lac. Un lieu de rencontre fréquenté par les homosexuels, comme les abords du pont François-Mitterrand. « Ce sont aussi des lieux de rencontre pour couples illégitimes », a répété l'accusé hier, qui nie depuis le début toute homosexualité. A Arsac, il aurait été contraint par un jeune homme, complice de Daniel Vignolles, à avoir une relation sexuelle avec ce dernier, sous la menace d'une arme à feu. A la barre, le compagnon de l'époque de Daniel Vignolles, est perplexe : « Daniel avait une double vie. Il voyait d'autres garçons... Il était mystérieux, mais pas violent. »
A Bouliac, Franck Gaud affirme avoir été dérangé par Philippe Delacourt, alors qu'il avait l'intention de se suicider avec un fusil. « Peu crédible », estime l'avocat de la partie civile, Me Dominique Delthil. « Oui, mais il n'y a pas d'autre version », rétorque l'avocate de la défense, Me Julie L'Hospital. « Il n'y a pas d'arme, pas de scène de crime, pas de mobile. Les enquêteurs ont trouvé Gaud et n'ont pas cherché plus loin. » Le verdict est attendu vendredi.

Peine

Divorcé et père de trois enfants, Franck Gaud encourt 30 ans de réclusion criminelle pour ces deux meurtres. Son avocate, Me Julie L'Hospital, plaidera l'acquittement pour le premier et les coups mortels pour le second.