Profils à risques et facteurs d'abandon

©2006 20 minutes

— 

Plus on est issu d'un milieu défavorisé, plus les risques d'être évincés du système scolaire sont grands. Mais, selon Catherine Blaya-Debarbieux, directrice de l'Observatoire européen de la violence scolaire, d'autres facteurs entrent en jeu, notamment psychologiques et familiaux. Selon elle, les garçons sont plus nombreux à quitter l'école de façon prématurée. La dépression, associée à une auto dépréciation, un contexte familial conflictuel, des parents ayant une image négative de l'école ou encore des déménagements fréquents... Autant de facteurs qui peuvent conduire à rejeter le système scolaire. Les élèves qui redoublent, accusent un retard scolaire, ou ont de mauvaises relations avec les enseignants, claquent plus souvent la porte. M. P.

L'enquête menée au sein du service Etudes et prospective de l'académie de Bordeaux, en 2005, indique que les taux d'abandon sont plus élevés dans la frange Est de l'Aquitaine et le Nord-Médoc. Dans ces zones, à caractère rural, de nombreux collégiens quittent l'école pour travailler dans des entreprises familiales agricoles.