Vin : terrorisme artisanal

©2006 20 minutes

— 

Un mystérieux « comité d'action bordelais » a sévi ce week-end en Gironde, en pleine crise de surproduction. Au nom de ce groupe, un interlocuteur anonyme a revendiqué samedi au téléphone, des dégradations dans une usine d'embouteillage de Landiras et à la Maison des vins de Beychac-et-Caillau : « C'est un avertissement, et les actions vont se durcir ». A Landiras, l'électricité a été coupée vers une heure du matin à l'usine Diproval, propriété du groupe de négoce Les grands chais de France, leader de l'exportation de vins français. A Beychac-et-Caillau, une petite bombonne de gaz suspendue à une porte, éventrée et incendiée, n'a pas fait de dégâts.