De l'eau dans le gaz place de la Bourse

©2006 20 minutes

— 

« Le groupe Fayat nous prend en otage. » En visite sur le chantier des quais de Bordeaux vendredi, le maire (UMP), Hugues Martin, a lancé un coup de gueule. En plein milieu de la place de la Bourse, la fontaine et ses Trois Grâces, réinstallées début janvier après restauration, sont toujours entourées de grillage. Et l'eau n'est toujours pas là. Or, sans eau pour tester l'étanchéité, pas question de réceptionner les travaux. « Le groupe Fayat, propriétaire et gestionnaire du parking situé sous la place, nous refuse l'accès à l'arrivée d'eau, explique le maire de Bordeaux. Tout cela à cause d'un contentieux qui l'oppose à la CUB, à propos du marché de la construction et de la gestion des parkings. C'est ridicule. »

En aparté, Hugues Martin a fait part de sa colère aux membres de ses services. « Des centaines de milliers de personnes vont venir fin juin pour la fête du vin, on ne peut pas les accueillir avec ce bordel. » Contacté par le maire dans la foulée, le patron du groupe Fayat aurait déclaré ignorer la situation, avant d'assurer qu'il ne ferait pas obstacle à la résolution du problème.

De l'autre côté de la route, les nouvelles sont meilleures. Le chantier du plan d'eau, face à la Bourse, avance bien. « Il faut que ce soit terminé pour la fête du vin », tranche à nouveau le maire. Car ce « miroir d'eau » est l'une des pièces maîtresses du plan de réhabilitation des quais, élaboré par le cabinet de l'architecte Michel Corajoud. Il est censé refléter les façades de la Bourse et donner un effet miroir que l'on promet de toute beauté. « Nous en avons eu l'idée en passant sur les quais un jour de pluie », raconte l'architecte. Cette immense place inondable apportera un peu de fraîcheur aux Bordelais, grâce à un système de brumisation. A sec, elle pourra accueillir diverses manifestations. Sophie Lemaire

litige Le différend qui oppose le groupe Fayat à la communauté urbaine de Bordeaux serait lié aux travaux d'aménagement du parking souterrain de la place de la Bourse. Le groupe Fayat a réalisé des travaux supplémentaires, afin, notamment, de consolider la dalle qui supporte la fontaine. Mais la CUB refuserait de payer. Le groupe Fayat lui réclamerait 10 millions d'euros depuis deux ans, alors qu'une expertise aurait évalué ces dépassements à 7 millions d'euros.