Les vélos ne veulent pas rester sans voie

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Un cycliste bordelais devra s'expliquer devant le tribunal de police cet après-midi. Olivier Sigaut, professeur de gestion de l'environnement à Bordeaux-IV, conteste en effet l'amende de 95 euros infligée par trois CRS à moto en avril 2005, alors qu'il roulait sur la plateforme du tram, à Talence. « Ils ont brandi un article du Code de la route selon lequel on ne peut pas circuler sur une voie affectée à d'autres véhicules », explique-t-il. Il avait, dans un premier temps, adressé un recours gracieux à la police nationale, qui lui a été refusé. Mais reste à savoir quelle réglementation appliquer.

Si les voies de tram sont considérées comme « des voies de chemin de fer », des incohérences subsistent dans la CUB, selon l'association Vélocité. Suivant les sites, la circulation des deux-roues y est interdite ou autorisée, totalement ou seulement pour doubler. Or, la signalisation fait cruellement défaut et la lisse de plusieurs centimètres de haut, qui court le long des voies de tram, rend le dépassement dangereux. Comme Olivier Sigaut, Vélocité réclame une clarification. Et dénonce l'absence d'un code des transports précis, alors même que plus de 55 000 vélos sont recensés à Bordeaux et que le nombre de cyclistes a doublé en sept ans.

« Pourquoi interdire aux vélos de rouler à certains endroits et pas à d'autres ?, s'interroge Olivier Sigaut. D'un côté, on incite les gens à se déplacer en deux-roues, mais de l'autre, on met en oeuvre une gestion paradoxale. » Interpellée à plusieurs reprises, la CUB n'a toujours pas donné de réponse précise. Face à cette inertie, le président de Vélocité envisage de saisir le tribunal administratif. Quant à Olivier Sigaut, résolu à faire appel « si le tribunal de police maintient l'amende», il prône, en attendant, la « désobéissance cycliste ».

Marion Guillot

répression Les contrôles de police se sont multipliés ces derniers mois à l'encontre des cyclistes. Une volonté du directeur départemental de police.