La Bourguignonne est une «addict» du smartphone et du magazine Télérama.
La Bourguignonne est une «addict» du smartphone et du magazine Télérama. — G. ARROYO / 20 MINUTES

Bordeaux

L'étoile prend son envol

Emmanuelle Grizot La danseuse fait ses adieux à la scène ce soir

Aura-t-elle le trac ? Sans doute un peu : « J'ai réussi à contenir la pression jusqu'ici, mais là, je sens qu'elle monte… ». Ce soir, quand elle fera ses adieux sur la scène du Grand Théâtre, Emmanuelle Grizot voudra surtout tout donner. « J'ai très envie de partager ce moment avec le public et les autres danseurs. Et je me sers de la musique comme d'un pilier. » Ce petit bout de femme tout en muscles et en finesse a eu le privilège de choisir son partenaire : ce sera Giuseppe Picone, danseur free-lance, rencontré en 2008. « Je voulais terminer avec lui », explique-t-elle. Alors ce soir, l'Etoile se glissera une dernière fois dans la peau de Giselle, paysanne amoureuse d'un prince, qui meurt en apprenant qu'il est fiancé à une autre. « J'aime beaucoup les personnages qui ont une fin tragique. Je n'aime pas ce qui est lisse! », sourit-elle. Étoile depuis 2009, cette Bourguignonne intègre le ballet de Bordeaux en 1991. « J'arrivais d'Allemagne, mais l'adaptation a été assez facile », se souvient-elle. Emmanuelle a travaillé d'arrache-pied, les années ont passé… En 2002, Charles Jude, le directeur du ballet, la nomme danseuse Etoile. « C'est arrivé assez tard, mais ça reste un grand moment d'émotion… » Elle ne souhaite pas s'étendre sur le sujet. Etoile, certes, mais pas la grosse tête pour autant. D'autres bons souvenirs lui reviennent : « danser dans l'ancien cloître de la cour Mably ou sur la plage d'Arcachon… C'était magique! J'aurais aimé danser au miroir d'eau », ajoute-t-elle. « J'imagine bien une scène sur pilotis, avec les jets à la fin! » Mais chut… ça fait partie de ses projets. Au rayon des mauvais souvenirs, elle cite les blessures de ses partenaires : « l'un s'était rompu le tendon d'Achille pendant Don Quichotte et j'ai dû finir toute seule ! Un autre a eu un malaise sur Casse-noisettes, mais cette fois, sa doublure a pu sauter dans le rôle! »
Mais après 38 ans de danse, Emmanuelle Grizot sait qu'une autre vie l'attend. Sa reconversion est déjà amorcée: « J'ai envie de tenter la chorégraphie », déclare-t-elle, après un premier essai réussi : le spectacle jeune public Hansel et Gretel, présenté au Grand Théâtre en avril dernier, partira en tournée en 2012. « Je voudrais aussi créer un ballet pour adultes sur la Nuit transfigurée de Schönberg », poursuit-elle. Si l'Etoile a envie de « garder un lien avec l'Opéra de Bordeaux », elle prévoit déjà de transmettre son art à des compagnies. L'an prochain, elle donnera des cours à Nice…