Un incendie ravage plusieurs centaines d'hectares

Éric bordage

— 

D'importants moyens aériens ont été employés durant tout le week-end.
D'importants moyens aériens ont été employés durant tout le week-end. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

«La situation est contenue », expliquait, prudemment, hier, en début de soirée, le commandant Walter Garcia alors que 135 sapeurs pompiers s'apprêtaient à passer une nuit de plus à lutter contre les flammes aux portes de Lacanau.
L'incendie qui a débuté samedi a ravagé quelque 300 hectares de forêts de pins trentenaires et de tourbières. « C'est le plus gros feu de l'année », déclare le commandant Garcia qui précise que « toute la nuit de samedi à dimanche, 230 pompiers avec 60 engins ont été mobilisés sur le terrain ». De nuit, les soutiens aériens engagés dans la journée sont inopérants. Dès le lever du jour, hier matin, les moyens aériens ont de nouveau pu être engagés. Les rotations ininterrompues des deux Canadairs, deux Trackers et du Dash 8 ont rythmé toute la journée. « Nous devons lutter sur trois types de terrain. La forêt de pins, un secteur au sol sablonneux où il est difficile de faire progresser les véhicules et les marais situés à proximité de l'étang de Cousseau. », précise le commandant Garcia.
Le poste de commandement opérationnel est installé à l'entrée du camping Les Talaris à proximité duquel a débuté le sinistre. « Nous avons ici 1 200 clients. Certains se sont retrouvés bloqués et la mairie a ouvert la salle des fêtes pour les accueillir », raconte Karine Depierrois, la propriétaire, qui a veillé avec ses équipes pour accueillir les campeurs de retour de villégiature. « 35 familles sont arrivées au cours de la nuit et il nous manque une dizaine de personnes », expliquait-elle à midi. Il y a deux mois, un exercice avait été organisé ici même avec, à la clé, un plan d'évacuation. « Nous avions envisagé avec les pompiers le cas où 500 hectares seraient partis en fumée... », raconte le maire, Jean-Michel David. L'élu s'interroge sur « l'origine de ces départs multiples... ».