« Bordeaux reste la ville de Bertrand cantat »

elsa provenzano

— 

«Aucune manifestation, aucun mail ni émeute n'a suivi la première représentation des Trachiniennes hier [mardi] », ironise Patrick Duval, le directeur du Rocher de Palmer de Cenon. Une pièce où chante Bertrand Cantat, l'ex-chanteur de Noir Désir qui a purgé sa peine pour le meurtre de l'actrice Marie Trintignant.

Trois rappels
La pièce s'inscrit dans une trilogie « des femmes » tirée de l'œuvre de Sophocle et mise en scène par Wajdi Mouawad. Bertrand Cantat a composé la musique de ce triptyque et incarne, avec les musiciens qui l'accompagnent, un chœur rock. Le retour du chanteur a mobilisé le public qui a rappelé trois fois la troupe pour la première mardi soir.
A la sortie, Marilyne, la quarantaine, confirme que la présence de Cantat l'a incitée à assister à la représentation. Pour elle, il poursuit tout simplement sa carrière d'artiste et s'il joue dans une pièce qui traite de femmes aux destins tragiques, « c'est parce qu'il s'agit de sujets intemporels ». Frédéric, 28 ans, a été un peu déçu par la pièce mais agréablement surpris par la musique. Il estime « qu'il est absurde de toujours considérer Bertrand Cantat à l'aune de ses actes passés et jugés ». La tournée a pourtant été interdite au Canada et annulée à Barcelone. Le passé judiciaire du chanteur serait en cause. Le Rocher de Palmer a hébergé la troupe pour sa préparation. « Cela aurait été une aberration de ne pas présenter la pièce à Bordeaux, la ville de Bertrand Cantat et de Noir Désir », souligne Patrick Duval. Il invite aussi à relativiser les refus essuyés : « 200 représentations sont prévues dans toute l'Europe ».