Une découverte inattendue au pied des immeubles

Marion Guillot

— 

Les fouilles se terminent fin juillet.
Les fouilles se terminent fin juillet. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Au temps d'Astérix, le quartier de Mériadeck était plus actif qu'on ne le croit. Contrairement à ce qu'on pouvait lire jusqu'ici dans les livres d'histoire, le cœur administratif de Bordeaux abritait un atelier de tanneurs gallo-romain et peut-être même des moulins. Les archéologues ont fait cette découverte dans le sous-sol de la rue Jean-Fleuret, à l'emplacement du futur immeuble de la CUB. Ces fouilles d'urgence, réalisées par l'Institut national de recherches archéologiques (Inrap), se déroulent jusqu'à la fin du mois de juillet.

Des vestiges très bien conservés
Pour l'Inrap, la moisson est « exceptionnelle » : fragments d'amphores, bois, cuirs, insectes et des milliers de graines datant des Ier et IIe siècles après J.-C. Très fragiles, ces vestiges sont ici en excellent état : « C'est grâce à l'humidité du site, qui se trouve dans le lit du Peugue (affluent de la Garonne) et qui s'est transformé en marais aux siècles suivants », explique Christophe Sireix, responsable d'opération à l'Inrap. « On ne pensait pas que le Bordeaux gallo-romain s'étendait jusque-là et nous sommes très heureux de cette découverte. C'est un ensemble assez unique en Gaule », souligne-t-il. Par ailleurs, les graines retrouvées en quantité impressionnante vont permettre d'en apprendre davantage sur les techniques agricoles, ainsi que sur les espèces de plantes au temps des Gaulois. Malgré sa richesse, le site devra être remblayé dans quelques semaines. « On ne peut pas l'exposer, car les vestiges se détériorent très vite », observe Dany Barraud, conservateur régional de l'archéologie. « Il faut arroser constamment, sinon les cuirs et les bois éclatent ».

amphores

Les amphores retrouvées à Mériadeck proviennent de l'île de Lipari, au nord de la Sicile. Cette découverte démontre l'existence de circuits commerciaux entre Bordeaux et l'Italie, à l'époque gallo-romaine, par voie maritime ou fluviale.