des directeurs moins épaulés

elsa provenzano

— 

s.ortola /.20minutes

L'une des manifestantes portait une inscription :« J'ai cru être utile pendant 5 ans »Sans employé de vie scolaire (EVS)pour le seconder à la rentrée, Bruno Béziade, directeur de l'école Langevin à Bègles, ne disposera officiellement que de 6h de décharge sur ces cours pour gérer les dossiers de ses 220 élèves. « Si je m'en contentais, je ferais à peine la moitié du travail »,s'indigne t-il. A l'appel de l'intersyndicale (CGT, Snupp-FSU et Sgen-CFDT), enseignants et parents d'élèves ont rappelé le caractère indispensable des EVS administratifs, hier devant le rectorat.

Colère et amertume
Pour l'inspection d'académie, c'est l'explosion de la demande en EVS dédiés à l'accompagnement des élèves handicapés qui explique cette situation. Mais, si le département prescrit ces aides, l'Etat, qui finance, dit ne plus avoir les moyens. « On régule en stoppant provisoirement le renouvellement des EVS administratifs » justifie Dominique Gratianette, le secrétaire général de l'Inspection d'académie de Bordeaux.
Parmi les 250 personnes visées par les suppressions, environ vingt avaient eu l'assurance de voir leurs contrats (CDD) renouvelés et ont pourtant été remerciés du jour au lendemain. Leurs représentants les incitent à déposer un dossier auprès des prud'hommes.
Les syndicats rencontrent le rectorat aujourd'hui en fin d'après-midi Une mobilisation est prévue le 30 juin, dernier jour avant les vacances scolaires.