Les vignerons en ont marre du vin triste

©2006 20 minutes

— 

On prend les mêmes et on recommence...

Près de cent vignerons du Bordelais se sont rassemblés hier dans la capitale girondine pour remettre au préfet un cahier de revendications, à quelques semaines de la présentation d'un plan par le Premier ministre, Dominique de Villepin.

Outre des aides à l'export, ils demandent au gouvernement de valoriser l'image du vin et de le promouvoir.

Pour illustrer leurs propos, ils ont placardé des documents du ministère de l'Agriculture datant de 1938 où l'on peut lire « Buvez du vin, vivez joyeux ».

Et les manifestants n'ont pas manqué d'offrir des bouteilles de vin aux passants en expliquant leur démarche.

Selon le syndicat des bordeaux et bordeaux supérieurs, le vin pourrait être considéré comme un produit alimentaire et culturel.

« Aujourd'hui, quand on parle du vin, on évoque l'arrachage, la distillation.

C'est important, mais il n'y a pas que ça », se désole Bernard Sarge, responsable du syndicat.

Orianne Dupont

Les vins de Bordeaux sont en concurrence directe avec les vins dits du « Nouveau monde » (Argentine, Chili et Afrique du Sud). Les producteurs de la région estiment perdre des parts de marché car ces concurrents disposent de budgets de communication importants et utilisent des pratiques oenologiques interdites en France.