Les médecins de campagne ont le blues

©2006 20 minutes

— 

Les médecins de campagne se font de plus en plus rares.

En Gironde, huit zones sont en sous-densité médicale, selon la Mission régionale de santé.

Dans quatorze autres, la part de médecins de plus de 55 ans est inquiétante.

« Ce diagnostic n'est qu'un premier pas, explique Christine Van Kemmelbeke, chargée de mission à l'Union régionale des caisses d'assurance-maladie (Urcam) d'Aquitaine.

Il faut mettre en place des mesures pour enrayer cette désertification.

» Des aides financières sont déjà disponibles.

Mais le malaise est profond.

« Plus que d'argent, c'est de sérénité dont nous avons besoin », confie David Chevillot, généraliste à La Réole.

A bout de forces, les médecins attendent de vraies solutions.

L'idée de maisons pluridisciplinaires regroupant différents professionnels de santé leur paraît séduisante.

« L'objectif est de partager les frais, mais aussi les responsabilités », explique David Chevillot, qui se bat depuis près de quatre ans avec ses collègues pour mener à bien un tel projet.

« Les vieux mammouths [les médecins proches de la retraite, qui ne comptent pas les heures] sont de véritables épouvantails à jeunes médecins, poursuit-il.

La nouvelle génération n'est pas prête à sacrifier sa qualité de vie.

Un généraliste de campagne qui prend sa retraite, c'est deux jeunes à convaincre pour le remplacer.

» Il va donc falloir garantir aux candidats à l'installation qu'ils ne tomberont pas dans le piège de la suractivité.

Car aujourd'hui, il est presque impossible pour un médecin rural de prendre des congés tout en assurant le suivi de ses patients.

« Les remplaçants se font rares et de plus en plus exigeants », constate Jean-Luc Gonzalez, généraliste à Cussac-Médoc.

Cette année, il ne sera pas remplacé pendant ses quinze jours de vacances.

David Chevillot confirme : « C'est mon remplaçant qui choisit les dates de mes congés ! Ça ne peut plus durer.»

Nathalie Mayer

L'Urcam Aquitaine va mettre en place un outil interactif pour que les candidats à l'installation aient accès aux informations utiles.