Services, bâtiment, restauration

eric moreau

— 

La restauration figure toujours dans la liste des secteurs en quête de bras.
La restauration figure toujours dans la liste des secteurs en quête de bras. — S.Ortola/20minutes

Alors que se poursuit, à l'échelon national, le débat sur la nécessité ou non d'imposer aux bénéficiaires de minima sociaux des heures de travail hebdomadaires, le préfet de région, Patrick Stéfanini, a dressé hier un état des lieux des secteurs « en tension ». Le représentant de l'Etat en Aquitaine, qui ne souhaite pas s'exprimer sur le RSA, constate tout d'abord que l'amélioration de la conjoncture économique est « plus modeste dans la région ». Le préfet note en effet « une baisse du chômage des jeunes », mais une « hausse de celui des seniors ».

19 000 postes à pourvoir
Signe plutôt positif, « la reprise de l'intérim (+4 % sur un an) et l'augmentation des offres d'emplois sur un mois (+4,3 % en avril par rapport à mars) ». Reste ces « métiers sous tension », c'est-à-dire où des postes sont disponibles. A y regarder de près, pas de grosse surprise. Le quinté se présente de la manière suivante : Hôtellerie et restauration (7 250 postes à pourvoir) ; commerce et vente (8 800 postes) ; aides soignants et aides à domicile (6 000 postes). Auxquels il convient d'ajouter le bâtiment, les travaux publics et l'agroalimentaire pour arriver à un total de 19 000 offres non pourvues. « Il faut s'interroger sur les conditions de travail dans ces métiers et les rendre plus attractifs », souligne Patrick Stéfanini.