La forêt girondine sous surveillance renforcée

Marion Guillot

— 

Un poste d'observation, à Lacanau.
Un poste d'observation, à Lacanau. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Malgré le retour de la pluie, la vigilance est toujours de mise dans le département. Hier, le niveau de risque est monté d'un cran concernant les feux de forêt, comme l'explique le commandant Eric Roy, du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de la Gironde : « les effectifs disponibles sont plus importants dans les casernes. On demande aux sapeurs-pompiers de garde d'être présents, afin de faire face à la fois aux feux de forêt et aux secours à la personne, qui représentent toujours 80 % de notre activité ».

1 021 impacts de foudre en Médoc
Après un week-end orageux, accompagné de multiples impacts de foudre (1  021 recensés rien que dans le Médoc, entre samedi et dimanche) six incendies se sont déclarés lundi. Bilan : 50 hectares brûlés, dont 35 à Martignas, dans le camp militaire de Souge. A l'origine de ces feux : la foudre, « qui peut couver dans le sol pendant 48 heures après l'impact », précise le SDIS. Pour l'heure, la surveillance du massif forestier reste une priorité. La Gironde compte 22 observatoires feux de forêt, en haut desquels les pompiers effectuent des rondes quotidiennes, comme à Lacanau. Sans oublier les reconnaissances sur le terrain, dans les zones où la végétation est la plus sèche. « L'objectif est de détecter les feux avant qu'un tiers ne nous appelle », souligne le commandant Roy. Une chose est sûre : « les précipitations de ces derniers jours n'ont pas été suffisantes pour atténuer le risque d'incendie ».

Bilan

Depuis le début de l'année, la Gironde a enregistré 372 départs de feux, contre 366 l'année précédente à la même époque. En revanche, le bilan des dégâts est en baisse : 186 hectares brûlés depuis début janvier, contre 301 l'année dernière.