La côte basque, paradis bancaire des trafiquants

Sept cadres de cinq établissements bancaires ont été présentés au juge d'instruction pour blanchiment

©2006 20 minutes

— 

C'est avec des mallettes pleines de billets que les trafiquants de drogue espagnols débarquaient dans les banques de la côte basque. Sans sourciller, les responsables de cinq établissements (Société générale, Crédit agricole, BNP Paribas, Banque Populaire et Banque Inchauspé) les laissaient déposer ces sommes colossales.

Sept cadres ont été présentés hier à Bordeaux au juge d'instruction, en vue d'une mise en examen « pour blanchiment de capitaux issus d'un trafic de stupéfiants ». « Certains d'entre eux ont reconnu qu'ils avaient manqué de vigilance sur l'origine et la destination des fonds », a expliqué Christian Lauqué, vice-procureur à la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS). Les enquêteurs évaluent à près de 5 millions d'euros les sommes déposées au cours des dix dernières années dans cinq établissements bancaires des Pyrénées-Atlantiques.

Ce système de blanchiment d'argent a été mis au jour à la suite du démantèlement, en juin 2004, d'un important réseau de trafiquants de cocaïne espagnols. Les autorités judiciaires ibériques avaient alors alerté les policiers français sur l'importance des avoirs bancaires qu'ils détenaient en France.

Sophie d'Ambra

Mots-clés :

Aucun mot-clé.