Lutte sans complaisance

eric bordage

— 

Les marins en grève ont retiré hier matin la passerelle du tanker.
Les marins en grève ont retiré hier matin la passerelle du tanker. — s.ortola/20minutes

La tension est montée d'un cran hier sur le tanker armé par une compagnie Chypriote toujours à quai dans le port de Bassens. « Nous ne partirons pas si les 15 membres de l'équipage ne sont pas payés ! » déclarait Sergueï, le second du bateau qui a vu arriver à son bord un représentant de l'armateur, la société « Océan Tanker » peu disert sur les discussions engagées à bord. D'autres marins philippins évoquaient un paiement individuel avant retour dans leur pays d'origine par avion.

Quelques paiements
A la mi-journée, la visite à bord d'un représentant de la capitainerie venu voir s'il était possible, comme demandé semble-t-il par l'armateur, de transférer la cargaison sur un autre navire a été mal accueillie par l'équipage. « Les marins refusent de voir un autre navire accoster le Lisa pour récupérer le chargement. Ils ont donc pris la décision de lever la passerelle », a déclaré Jacques Cloaguen, secrétaire général de la CGT des marins de Bordeaux, présent à la demande de l'équipage au côté des grévistes. En fin de journée, quelques marins avaient touché une partie seulement de leurs soldes.

remplacement

Un nouvel équipage, envoyé par l'armateur pour remplacer les grévistes était attendu hier soir à l'aéroport de Mérignac et devait passer la nuit à l'hôtel.