Miser sur l'indépendance

— 

«Notre principale difficulté est de réussir à commercialiser nos productions», explique Jean-Luc Dartiguenave, président de la fédération des vignerons indépendants de la Gironde. Ces professionnels sont réunis depuis hier et jusqu'à ce soir à Bordeaux pour les rencontres nationales. Une occasion de débattre des exemples à suivre pour assurer des débouchés à cette filière en crise. «Les vignerons indépendants souhaitent s'inspirer des exemples des «gourous du vin», c'est-à-dire ceux qui influencent les consommateurs et qui dictent les goûts», souligne Jean-Luc Dartiguenave.

«Des prix d'achat trop bas»
Dans les 60 appellations girondines, la fédération départementale regroupe 500 adhérents qui se caractérisent par la vente directe auprès des consommateurs durant des salons nationaux et internationaux. «Le système commercial est grippé car certains négociants nous imposent des prix d'achat trop bas», estime le président de la fédération girondine. Si tous les négociants n'endossent pas le rôle de traders impitoyables, des relations plus équitables doivent être mises en place ,selon lui, pour que les grandes surfaces ne s'accaparent pas la plus grosse part du gâteau. Attentive au développement de l'oenotourisme et à la mise en place d'une viticulture durable, la fédération girondine résiste mieux que d'autres en France. Elle parie sur le logo de vignerons indépendants pour s'assurer une visibilité auprès de la clientèle.E. P.