Vol de nuit pour pister les trafiquants

eric bordage

— 

Il est 23 h, sur le tarmac de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac. Les gendarmes s'affèrent aux derniers préparatifs avant de décoller à bord d'un hélicoptère flambant neuf à la recherche de voleurs de cuivre sur le parcours du TGV Atlantique. Le précieux métal se négocie à 7000 € la tonne, ce qui suscite des convoitises…

« Fixer les voleurs »
L'un des membres de l'équipage effectue les derniers réglages de la caméra thermique et repère en bout de piste un …lapin qui détale probablement effrayé par la rumeur d'un airbus qui décolle au loin. « Nous intervenons en vertu du protocole signé avec la SNCF en février dernier. Nous allons utiliser des jumelles à vision nocturne et une caméra thermique afin de repérer des personnes qui se trouveraient sur les voies ce qui est un délit » explique le lieutenant-colonel Bruno Conseil en charge de l'opération: « Dans ce type d'opération, nous volons à 2000 pieds soit environ 600 mètres. A cette distance et avec le matériel dont nous disposons, nous fixons aussi bien des personnes que des véhicules qui ont le moteur encore chaud », poursuit l'officier.

3000 minutes de retard
Une méthode qui a déjà donné des résultats puisque le 3 mars dernier plusieurs personnes ont ainsi été interpellées. Au programme de l'opération de mardi soir, le survol du trajet du TGV Bordeaux/Paris jusqu'à Coutras. En cas de flagrant délit, l'équipe a pour mission de prévenir les unités au sol restées en alerte. « Le vol de câbles a été multiplié par sept sur Bordeaux en 2010. Les secteurs les plus touchés sont Cenon et la Bastide », précise Stephane Chapiron, le directeur de l'infrastructure SNCF Aquitaine. Des vols qui représentent un préjudice important: deux millions d'euros pour la SNCF et Réseau Ferré de France l'année dernière. « Deux vols en février dernier sur Cenon ont occasionné 3000 minutes de retard », précise Stéphane Chapiron. Face à ce qui apparaît comme un fléau, des solutions techniques sont à l'étude, comme le marquage des câbles grâce aux nanotechnologies.