prévenir les risques liés au fluor

elsa provenzano

— 

« Le fluor dans l'eau, ce n'est pas nouveau puisqu'il est présent depuis 25 ans ici ! », prévient Didier Mau, maire du Pian-Médoc où le taux de fluor oscille entre 1,6 et 1,7 mg par litre quand la norme européenne l'a fixé à 1,5. Dans quatre villages du Sud Médoc (Arsac, Cantenac, Margaux et Soussans) il varie entre 1,9 et 2,1 mg par litre. L'agence régionale de santé déconseille la consommation de cette eau pour les enfants âgés de moins de 12 ans. Parmi les risques, celui de la fluorose, une altération de l'émail des dents due à un apport excessif de fluor.
Suivant ces recommandations, la commune du Pian et le syndicat intercommunal de l'eau et de l'assainissement (SIEA) des quatre villages précités ont remplacé, depuis hier, les pichets d'eau des cantines et des structures qui accueillent des enfants par une eau en bouteille qui contient moins de 0,3 mg de fluor par litre. Cette distribution n'a pas d'impact financier sur les familles car le syndicat prend en charge l'achat des bouteilles. « L'eau est potable mais elle ne correspond pas à la norme européenne de teneur en fluor, dans d'autres pays comme les Etats-Unis le taux de fluor toléré est de 2mg par litre », souligne Jean Renoud président du SIEA. Les professionnels de santé sont invités par les autorités sanitaires à éviter les prescriptions de compléments fluorés. Et,les foyers concernés sont informés du taux de fluor non conforme lors de l'envoi de leur facture d'eau.

Quelles solutions?
L'option la plus « naturelle » et la moins onéreuse pour ces communes qui se préparent à agir de concert serait la dilution avec une eau moins fluorée. Des études hydrogéologiques ont été lancées pour trouver des forages permettant d'extraire une eau répondant à toutes les normes imposées par l'UE. L'autre solution serait le traitement physico-chimique de cette eau trop fluorée. « Mais nous disposons de très peu de retours d'expériences et ce dispositif se chiffrerait en millions d'euros », avance Jean Renoud. Il estime que la distribution des bouteilles sur les quatre communes gérées par le SIEA devrait s'étendre de 1 à 3 ans selon les solutions adoptées.