Les exploitants sur leurs gardes

— 

« Que ce soit clair : je suis à 100% d'accord pour que la zone reste agricole. Mais qu'elle soit déclarée inondable, ce n'est pas acceptable. » Président de la Fédération des producteurs de légumes de la Gironde, Christian Cessateur tire le signal d'alarme : le projet du conseil général risque de faire du tort à ceux qu'il est censé protéger. Les maraîchers revendiquent prioritairement le droit de construire leur logement sur la zone d'exploitation, pour faciliter leur travail et diminuer leurs coûts. « Il n'y a eu que deux inondations au siècle passé, rappelle Christian Cessateur. Je me demande ce que les élus veulent. Moi, j'ai l'impression que le but de cette PEANP, c'est d'avoir dans dix, vingt ou trente ans des terres à prix très bas. À ce moment-là, ils pourront exproprier facilement, puisqu'il n'y aura pas de maison construite, et de laisser le secteur urbain et industriel prendre le dessus. » En attendant, le maraîcher de 59 ans, qui fait partie de la vingtaine encore présente dans cette zone, contre 260 il y a quarante ans, s'inquiète pour les jeunes qui voudraient s'y installer. «  Pour eux, habiter ailleurs et adapter le matériel à une éventuelle inondation, ce sont des handicaps supplémentaires face aux banques », assure-il.R.B.