Un périmètreà l'étude pour les salades

Marion Guillot

— 

Préserver l'activité des maraîchers en périphérie de Bordeaux. C'est l'objectif du Périmètre de protection des espaces naturels et agricoles périurbains (PEANP) que souhaite mettre en place le conseil général de la Gironde.

Une enquête publique
Ce périmètre s'étendrait sur la zone maraîchère des communes d'Eysines, Blanquefort, Bruges, le Haillan et le Taillan-Médoc, soit 560 hectares. Depuis hier, ce projet fait l'objet d'une enquête publique dans les communes concernées, où les habitants sont invités à donner leur avis. En favorisant la préemption par les communes, le PEANP permettrait de faire barrage à l'urbanisation aux portes de Bordeaux, où une quinzaine de maraîchers sont encore en activité. Ce texte incite également les professionnels à rénover leurs exploitations, situées en zones inondables. « Le PEANP s'inscrit dans une démarche globale et volontariste de soutien aux circuits courts », souligne Christine Bost, conseillère générale et maire PS d'Eysines. « Pour soutenir la filière, une formation aux métiers du maraîchage a même été créée il y a un an et demi, au sein du lycée agricole de Blanquefort », ajoute-t-elle. Avec le potentiel de consommateurs sur l'agglomération bordelaise, les maraîchers des Jalles commencent à s'ouvrir au public : à travers les Amap (associations pour le maintien d'une agriculture paysanne) et par le biais de la vente directe sur leurs exploitations.

Inondations

Les terres incluses dans le PEANP sont classées en zones inondables dans le Plan de prévention des Inondations (PPRI). Impossible, donc, pour les agriculteurs, de construire leur habitation sur place. C'est l'un des points qui fâchent, selon la Fédération des producteurs de légumes de la Gironde.