La SNCF met les « points sensibles » sous surveillance

— 

Les vols de cuivre sur les emprises SNCF ont fait un bond énorme ces deux dernières années. « En 2009, 66 vols ont été recensés en Aquitaine et Poitou-Charentes et en 2010, 248. Soit une hausse de 275 % », indique Didier Andreu, directeur de la sûreté à la SNCF pour la zone de défense Sud-Ouest. En Gironde, les chiffres sont encore plus préoccupants : de 6 vols en 2009, on est passé à 42 l'année suivante, ce qui équivaut à une hausse de 600 %. Plus de la moitié des larcins ont eu lieu sur les secteurs Bordeaux-Bastide et Cenon, qui font partie des sites les plus stratégiques pour la SNCF. C'est par ce « nœud ferroviaire » que passent les lignes de Paris, Hendaye, Nantes ou encore Bergerac. Les vols de cuivre, qui ont endommagé les installations de signalisation, n'ont d'ailleurs pas été sans conséquences : « Il y a eu des retards importants sur ces lignes », note Didier Andreu. Le coût des dégradations commises de janvier 2010 à février 2011, uniquement à Bordeaux, a été estimé à près de 500 000 euros par la SNCF.
Le plan d'action zonal mis en place par la préfecture prévoit notamment de renforcer la surveillance des voies ferrées. Chaque semaine, la SNCF transmettra aux forces de l'ordre une liste de ses sites « sensibles ».M. G.