Ils prêchent pourun Islam tolérant

Citoyenneté Les scouts musulmans ont mené une action sur les quais de Bordeaux, hier...

Marion Guillot

— 

150 jeunes aquitains font partie des scouts musulmans.
150 jeunes aquitains font partie des scouts musulmans. — J.-P. VINCENT / 20 Minutes

Le voile sous l'uniforme scout. Hier après-midi, les promeneurs ont découvert avec étonnement les scouts musulmans de France, rassemblés sur les quais de Bordeaux.

« Inciter les gens à voter »
Assis dans l'herbe, à quelques mètres du mât et des tentes canadiennes, une quarantaine de jeunes, filles et garçons mélangés, partagent les mêmes jeux. Les passants s'arrêtent, médusés : « pour nous, les scouts étaient forcément chrétiens », s'étonnent Malika et Julia. « Mais est-ce que ça existe au Maghreb ? », s'interrogent-elles. La réponse est « oui ». But de la manifestation : faire connaître cette branche du scoutisme, née il y a 20 ans et encore méconnue (il existe des scouts de chaque religion), mais aussi inciter les gens à aller voter en 2012. « On est là pour réaffirmer notre citoyenneté », explique Jamel El Mekkaoui, adhérent installé dans les Landes. « On peut très bien être musulman et vivre sa vie normalement, avoir des droits et des devoirs », poursuit-il.

Il regrette que l'Islam continue d'alimenter la chronique, comme l'a démontré le récent débat sur la laïcité, et alimente des discours extrémistes. Hier, une poignée de membres du bloc identitaire bordelais, mouvement qui se réclame de l'extrême-droite, n'a pas manqué d'interpeller les encadrants : « Commencez par faire enlever le voile aux filles et après, on parlera de scoutisme! », invective une femme d'une soixantaine d'années, accompagnée de plusieurs hommes vêtus de noir. La discussion est tendue, puis le groupe repart comme il était venu. « Il faut qu'il y ait cette discussion », relativise Martial Kolailat, en haussant les sourcils.

« Mais c'est dommage qu'ils nous interpellent toujours sur la burqa ou la lapidation, images d'un Islam archaïque. » Pour Camel Bechikh, commissaire des scouts pour l'Aquitaine, les Musulmans doivent aussi « prendre leurs responsabilités, par une pratique religieuse plus discrète ». « Beaucoup confondent encore culte et culture. Or, ce n'est pas parce qu'on mange du couscous qu'on devient musulman ! Nous n'avons pas besoin de minaret et de burqa pour vivre notre religion. »