les oreilles des riverains n'ont pas fini de siffler

Orianne Dupont

— 

La résidence Henri Sellier, à Cenon.
La résidence Henri Sellier, à Cenon. — Gilles Arroyo / 20 MINUTES

C'est parti pour cinq années de travaux. La deuxième phase de suppression du bouchon ferroviaire va débuter dans quelques jours, entre La Benauge et Cenon. Il s'agit de doubler les voies, afin de préparer l'arrivée de la LGV en 2016, sur une distance de 2, 5 km à la sortie est de Bordeaux. Alors que le nombre de trains devrait passer de 250 à 480, d'ici 2030, Réseau ferré de France (RFF) mise sur les murs antibruit pour apaiser les tensions avec les collectivités et les habitants. Mais selon eux, c'est insuffisant.

480 trains quotidiens d'ici 2030
Samedi, environ 350 riverains, associations et élus ont manifesté à Cenon pour réclamer des tapis anti vibration sous les rails, ainsi que la destruction des trois tours HLM Henri Sellier, situées à 13 mètres des voies. L'opération nécessiterait le relogement d'une centaine de familles. « Mais certaines d'entre elles n'osent pas se mobiliser. Elles craignent que leur loyer augmente si on les reloge ailleurs », observe Marie-France Jouan, vice-présidente de l'association SOS nuisances 4 voies ferrées.
Pour RFF, les efforts consentis en terme de murs antibruit sont déjà considérables (un tiers du montant des travaux). « La protection est continue de la Garonne à Cenon », souligne Bruno de Monvallier, directeur régional de RFF. Il rappelle que RFF a une obligation de résultats : « si les mesures ne sont pas satisfaisantes, on devra recommencer ». Les murs antibruit seront installés dès le début du chantier, pour limiter les nuisances. Malgré ces assurances, la pilule a du mal à passer. « Les murs ne protégeront pas tout le monde, surtout ceux qui vivent dans les tours, bien au-dessus des voies », rappelle Marie-France Jouan.»

école

Trop près de la future voie ferrée, l'école maternelle Camille Maumey va être rasée et reconstruite. Les cinq classes seront transportées matin et soir, en car, dans une école du Haut-Cenon, dès la rentrée de septembre.