Des espaces verts qui tiennent compte du problème

— 

Bordeaux dispose de quelques 480 hectares d'espaces verts. Pour gérer ce capital, 240 agents « sensibilisés à l'existence de plantes toxiques et aux problèmes des allergies », indique Gaétan Wicart, le directeur du service. « Nous veillons en priorité à ce qu'il n'y ait pas de plante toxique, comme l'If, à proximité des écoles ou des centres accueillant des enfants ». Autre action inscrite dans la durée, des plantations qui tiennent compte des problèmes liés à l'allergologie : « Nous ne favorisons aucune plante allergène». Sur les quais, rive gauche, les 700 arbres plantés sont installés par groupe de cinq. «L'objectif est d'éviter un phénomène de masse quand vient le temps du pollen » précise Gaétan Wicart qui a également ouvert la chasse aux espèces sauvages toxiques comme l'ambroisie.