Présumés innocents, la suite...

— 

Onze ans de procédure qui pourraient se poursuivre. Début mars, la cour de cassation a mis un terme définitif aux poursuites judiciaires engagées à l'encontre des commissaires de l'exposition Présumés innocents, l'art contemporain et l'enfance présentée au CAPC en 2000. L'association La Mouette estimait que des images pornographiques - les œuvres - avaient été diffusées à des mineurs. Elle a été déboutée. Aujourd'hui, les deux commissaires de l'exposition envisagent de poursuivre l'association pour dénonciation calomnieuse. Marie-Laure Bernadac et Stéphanie Moisdon-Trembley considèrent que la procédure était dénuée de tout fondement juridique valable. O.D.