Les bus sur la bonne voie

orianne Dupont

— 

Les habitants de la CUB utilisent davantage le bus, mais ne sont pas toujours satisfaits du service.
Les habitants de la CUB utilisent davantage le bus, mais ne sont pas toujours satisfaits du service. — s.pouzet / 20 minutes

«L'alternative commence à être crédible. Elle le sera totalement quand on pourra compter sur le bus. » Malgré ce propos un peu sec, le président de l'association des usagers des transports reconnaît que le nouveau réseau de bus est « très correct ». Et le bilan présenté par la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), hier, à l'occasion de son premier anniversaire, semble confirmer ce compliment. Entre mars et décembre 2010, la fréquentation des bus a augmenté de 15,9 % et la progression sur tout le réseau s'élève à 6,9 %, alors que ce chiffre ne s'élève qu'à 1,5 % sur l'ensemble des réseaux français.

Un temps d'attente trop long
Avec 90 % d'usagers en plus, ce sont les lignes de nuit qui tiennent le haut de l'affiche. C'est d'ailleurs la grande satisfaction d'Etienne, un étudiant de 27 ans qui vit à Pessac. « Maintenant, c'est très bien desservi le soir entre Bordeaux et les facs, si on rate le tram, on peut se rattraper sur le bus ». Certaines lignes – Lianes et Corols, notamment – ont connu des hausses de plus 50 %. Mais il reste tout de même des couacs dénoncés par les usagers comme le temps d'attente qui fait parler aux arrêts de bus. Sandrine, 36 ans, rencontrée à un arrêt de bus aux Quinconces, estime être perdante avec le nouveau réseau. « J'utilise plusieurs lignes de bus pour aller travailler. Avant, j'attendais 10 minutes maximum, maintenant, c'est 20 minutes... ». En cause, les embouteillages qui sont certainement la plus grosse épine dans le pied de TBC. « Avant l'été, nous allons arrêter les sites pour les nouveaux couloirs afin de passer de 20 à 40 kilomètres d'ici 2014 », avance Vincent Feltesse, le président de la CUB. Selon l'association des usagers des transports, si la CUB veut atteindre ses 200 millions de voyageurs en 2020, elle devra de toute façon porter une attention particulière aux bus.

test

Dès la rentrée de septembre, la Liane 3 (Bordeaux-Saint-Médard ou Saint-Aubin) va servir de cobaye pour trouver les solutions les plus rapides qui permettront d'améliorer la vitesse commerciale et de réduire les temps de parcours.