Pas d'éoliennes off-shore en Gironde, mais des projets quand même

— 

Six cents éoliennes off-shore en perspective pour les côtes françaises et pas une pour la Gironde... Hourtin (nord Gironde) ne fait pas partie des cinq premiers sites identifiés dans l'appel d'offres lancé hier par le président de la République. Ils se situent entre Saint-Nazaire et Le Tréport. Mais pour le port de Bordeaux, cette annonce n'a rien de « pénalisant ». Au contraire, le département se retrouve en pleine effervescence éolienne. Des sociétés ont d'ores et déjà fait part de leur intérêt concernant le site du Verdon. Une zone qui a du mal à trouver une stratégie de développement depuis l'abandon du projet du terminal méthanier en juillet 2009.
L'autre projet phare du port cette année est l'aménagement du terminal de Grattequina à Blanquefort, revu pour coller à celui de l'Ecoparc de Blanquefort qui devrait prochainement accueillir EADS Astrium et ses pâles d'éoliennes. « Initialement, nous envisagions ce terminal uniquement pour le transport de granulats (destiné à la fabrication d'ouvrages de travaux publics, de génie civil et de bâtiment), mais la CUB nous a demandé à ce que les pâles puissent être transportées », explique la directrice du port. Le site sera exploitable pour les plus grandes pâles dès 2012. « Quoi qu'il arrive, des éoliennes transiteront par Bordeaux », souligne le président du conseil de surveillance. Le Médoc sera peut-être dans une prochaine liste.O. D.