Des hommes sur le pont

— 

S. POUZET / 20 MINUTES

« A l'ancienne. » C'est la seule solution qu'on trouvé la CUB, TBC et l'Etat pour que les trams puissent à nouveau emprunter le pont tournant des écluses au-dessus des bassins à flot. Depuis lundi, treize agents de Keolis se relaient par équipe de deux pour mesurer l'alignement entre les rails du pont mobile et ceux du quai. Et donner le feu vert aux rames de tramway.

Une marge d'un millimètre
En effet, si l'alignement se décale de plus d'un millimètre, l'exploitant Keolis n'autorise aucun tram à s'engager. Les rames sont alors déviées par l'autre pont, doté d'une voie unique à double-sens, contre deux voies pour le pont tournant. Cet itinéraire « bis » rime avec galère pour les riverains de Bacalan, car les temps d'attente augmentent. En moyenne : 15 minutes. Ce cas de figure était malheureusement devenu la règle en septembre dernier. Depuis cette date, les trams n'étaient plus autorisés à traverser le pont mobile, à cause de distorsions trop importantes entre les rails, dues à des aléas climatiques et techniques. La solution mise en place cette semaine, « provisoire », souligne le président PS de la CUB, Vincent Feltesse, répond aux nombreuses plaintes de riverains. Mais pour Vincent Maurin, élu communiste à la mairie de Bordeaux et à la CUB, la desserte de Bacalan et du terminus Claveau reste « insuffisante ».M.G.