Amiante : le fonds d’indemnisation attaqué

© 20 minutes
— 

Une indemnisation décente. C’est ce qu’ont réclamé six familles de victimes de l’amiante, vendredi, devant la chambre sociale de la cour d’appel de Bordeaux. Au sein de ces familles, cinq personnes sont décédées d’une maladie liée à l’inhalation de fibres d’amiante. Et nombreux sont les autres, atteints de pathologies graves, qui vivent dans l’angoisse de voir leur maladie, souvent une plaque pleurale, dégénérer en cancer.  Le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (Fiva) apporte aux victimes et à leurs familles une indemnisation en complément des aides de la sécurité sociale. Mais, « avec seulement 500 e pour une plaque pleurale, le Fiva indemnise le moins possible », critique Jacques Sarrailha, président de l’association de défense des travailleurs victimes de l’amiante (Adetrava). Or, les personnes qui souffrent de cette maladie vivent fortement diminuées. « Je suis moi-même malade, précise-t-il. Je m’essouffle au moindre effort. Je ne peux plus  jardiner ni faire de longues marches ». « Mon mari est mort en mars 1998, insiste Lydie Mounet. Il a fini sa vie allongé dans un canapé sous oxygène, car c’était la position qui le faisait le moins souffrir. » Décision le 18 janvier. S. Moreale