Karim ne veut pas retourner vivre dans son pays.
Karim ne veut pas retourner vivre dans son pays. — s.pouzet / 20 minutes

Bordeaux

Il risque la prison au Maroc

immigration Un jeune homosexuel est sous le coup d'une expulsion

Son histoire a déjà ému plusieurs responsables associatifs et politiques à Bordeaux qui sont en train de se mobiliser en sa faveur. Karim, un jeune homosexuel marocain de 25 ans risque de se faire expulser depuis qu'il s'est vu remettre un arrêté de reconduite à la frontière au mois de décembre dernier.

Un père imam qui l'a rejeté
Ce jeune homme qui vit en France depuis huit ans a quitté son pays car il y était l'objet de brimades et d'insultes du fait de son orientation sexuelle. Au Maroc en effet, l'homosexualité est un délit puni de trois ans de prison. « Ici en France, je me sens accepté, je peux marcher tranquille », témoigne le jeune homosexuel. « Au Maroc, cela n'a rien à voir, si tu es homo, c'est un péché. » Une situation d'autant plus difficile pour lui que son père qui vit à Oujda, une ville proche de la frontière algérienne est Imam et l'a rejeté.
Arrivé à Paris, à l'âge de 17 ans, avec un visa touristique, Karim a d'abord été hébergé par sa sœur pendant trois mois avant que son beau-frère ne le mette à la porte du domicile. Il a ensuite connu la galère du travail au noir et des hébergements précaires mais il a toujours essayé de s'en sortir et a suivi en 2008, une formation en comptabilité. « Je n'ai jamais volé, j'ai toujours travaillé depuis que je suis en France. Je pense que je mérite d'être régularisé », estime le jeune homme. Pour y parvenir son avocat, Maître Uldrif Astié a engagé une procédure en urgence devant le tribunal administratif. Un recours qui a été rejeté fin décembre. Mais le conseil prépare un dossier pour faire appel. « Je crois aussi à la possibilité d'une régularisation à titre humanitaire, nous allons engager des négociations avec la préfecture dans ce sens. Je sais aussi que le ministère des affaires étrangères s'intéresse à l'histoire de Karim » précise l'avocat.

soutien

Karim va bénéficier dans les jours qui viennent d'un parrainage républicain. Une réunion était organisée hier, à la mairie de Bègles. Noël Mamère pourrait également intervenir personnellement auprès du préfet de Gironde.