« il faut des places pérennes ! »

eric bordage

— 

La Croix-Rouge organisait sa première maraude hier soir
La Croix-Rouge organisait sa première maraude hier soir — S.Pouzet/20 minutes

« Nous allons distribuer de la soupe, du café, des boissons chaudes et des vêtements. » Pierre Barbe, le président de la délégation bordelaise de la Croix‑Rouge, organisait hier une première tournée nocturne de la maraude destinée à « créer un lien » avec les personnes sans domicile fixe. Au Samu social, le docteur Gérard Bodin rappelle que « Bordeaux compte 3 500 personnes sans abri dont 200 très en danger avec des problèmes de santé. Il leur faudrait des structures adaptées, qui n'existent pas. » Pour le médecin, le problème ne se pose pas seulement en hiver : « Il faut des places pérennes. Il semble que les hauts fonctionnaires ont oublié que, sous nos latitudes, il existe une saison d'été durant laquelle les personnes sont aussi à la rue... ».

Une possibilité de stabilisation
Virginie Hérisson, à la tête de la Halte 33, qui fait le plein chaque soir, rappelle que 6 à 10 % des personnes sans domicile à Bordeaux ont un emploi. Point positif, l'ouverture du centre Tréjey, dans un ancien centre d'apprentis à la Bastide, même si « les riverains sont remontés ». Ce nouveau foyer, qui a ouvert cette semaine, est un progrès pour les professionnels qui y voient une possibilité de stabilisation pour les SDF. En effet, ceux-ci pourront se poser en y revenant durant plusieurs semaines de 17 h à 10 h le lendemain.

divergences

Pour Virginie Hérisson, à la tête de la Halte 33, la « politique du logement durable » voulu par le gouvernement « laisse de côté les plus exclus pour qui rien n'est prévu ».