Les lycéens se mobilisent

— 

Au lycée Montaigne, hier.
Au lycée Montaigne, hier. — s.pouzet / 20 minutes

Ils veulent montrer qu'ils sont présents. Quitte à manifester tout seuls. Ils étaient 800 hier, selon la police, à défiler dans les rues. Le mouvement est parti des lycées Montaigne et François Mauriac, bloqués partiellement. Montesquieu et Camille-Jullian ont été épargnés, mais des assemblées générales y ont été organisées.
« On est contre cette réforme et on est solidaires avec les salariés qui perdent une journée de travail en manifestant », expliquent des élèves de Montaigne qui seront également présents aujourd'hui. Ils reconnaissent tout de même la désorganisation du mouvement : « les manifs se décident heure par heure, explique Roman de Montaigne, on ne sait jamais qui vient... ». Et pas toujours où ils vont, non plus, car si certains ont poursuivi la manif jusqu'à la Bourse du travail, d'autres ont lâché le cortège à Pey Berlan ou la Victoire. « Ça décrédibilise le mouvement », regrette Louis, élève à Montaigne. Et cela nécessite un service d'ordre conséquent. « Nous ne sommes pas inquiets, précise-t-on au commissariat, mais comme ils n'ont pas d'encadrement, les risques de débordements sont plus grands et notre vigilance accrue ». Hier, un lycéen a été interpellé et placé en garde à vue pour un jet d'œuf sur un car de police.O.D